la bibliographie de Juliette Benzoni

Critique « Ces femmes du grand siècle »

Classé dans : 01. Recueils de Nouvelles,23. Critiques — 28 novembre, 2008 @ 20:30

Parmi les nombreuses nouvelles historiques écrites pour la revue Confidences, dans laquelle Juliette Benzoni a fait ses débuts dans les années 1960, quelques-unes sont restées inédites. Retrouvées au fond d’une malle, elles permettent de découvrir les qualités de style, de sobriété, d’élégance, d’ironie légère et de talent descriptif qui ont fait le succès de leur auteur il y a près de soixante ans.

Et, au-delà d’une chronique amoureuse brodant sur les sempiternelles Montespan, La Vallière ou Ninon de Lenclos, de faire connaissance avec de petites ou grandes dames bien oubliées, auxquelles elle redonne la beauté, le piquant, l’audace, l’esprit qui firent le lit de leur bonheur, de leur malheur, voire de leur déshonneur.

Juste pour le plaisir de raconter !

Joëlle Chevé
HISTORIA (2015)

ligne.png

article_suricate

Déjà auteur d’une bonne dizaine de romans historiques, Juliette Benzoni est vraiment la maîtresse du genre. Alliant un talent de conteuse évident à la véracité historique, ces livres nous transportent immédiatement où elle le désire dans ce cas, dans la France du XVIIe siècle période qu’elle affectionne particulièrement. Ces femmes du Grand Siècle est encore un modèle du genre : une fois plongé dans la lecture on est emporté durant le Grand Siècle à Versailles palais flamboyant de Louis XIV ou dans le Paris du XVIIe siècle, épicentre de la vie mondaine en France.  Le Roi-Soleil demandait effectivement à tous ses courtisans de loger à ses côtés, d’être toujours présents à la cour pour les tenir à l’œil et ceux-ci ne pouvaient pas lever le petit doigt sans son accord. Souvenir et réponse aux années où la Fronde avait sévit mettant en péril le pouvoir royal.

Pourtant, les histoires rocambolesques se succèdent : enlèvements de fiancée, mariages secrets pour déjouer les parents tout-puissants. A cette époque, le mariage, surtout dans la noblesse, était un contrat passé entre de grandes familles contre espèces sonnantes et trébuchantes… Mais quand l’amour s’en mêle, c’est une tout autre histoire. On voyage ainsi dans le monde ultra-fermé de la noblesse française en plein Classicisme. Pour peu, on sentirait presque les parfums capiteux que dégagent les précieuses peu adeptes de la baignoire et l’on fait plus ample connaissance avec Mme de Scudéry, Mme de La Fayette, la Marquise de Sévigné, Ninon de Lenclos ou encore la Champmeslé, la plus grande comédienne de son temps et muse de Racine après la mort mystérieuse de la Du Parc dont l’histoire nous est également contée, pour ne citer que les plus connues.

A autre temps, autres mœurs. Entre intrigues d’alcôves, duels, interrogatoire de la chambre ardente mené par Nicolas de La Reynie, le premier lieutenant général de police de Paris en charge de résoudre la célèbre affaire des Poisons qui entache le règne extrêmement long de Louis XIV, renoncement de la vie de cour par la duchesse de La Vallière, représentations théâtrales, bals et autres soupers, Juliette Benzoni nous enchante une fois de plus avec son style particulier pourvu d’un luxe de détails inouïs. L’histoire de France et les femmes qui l’ont composée par leurs charmes, n’ont jamais été aussi attrayantes et captivantes.

Daphné Troniseck
LESURICATE http://www.lesuricate.org/

ligne.png
Et l’habituel article de Vincent Meylan – merci !

point_de_vue_sept 2015

ligne.png

PARIS MATCH (2015)  dans la chronique « Le Regard de VALÉRIE TRIERWEILER« 

Les héroïnes d’hier et d’aujourd’hui méritent qu’on les raconte. La preuve en quatre livres.

Si les prix littéraires ne réservent que très peu de place aux femmes, il suffit d’aller voir ailleurs pour dénicher de quoi répondre à notre frustration. Romans, témoignages ou récits, les librairies regorgent d’ouvrages qui valent le détour. Et, il faut bien le reconnaître, la plupart des livres dédiés aux femmes sont écrits… par des femmes. Qu’importe. 

(—) Il y a les épouses et… les espionnes, maîtresses et courtisanes à la cour de Louis XIV, « Ces femmes du Grand Siècle » décrites par Juliette Benzoni. On y croise des figures illustres telles que la marquise de Sévigné, Ninon de Lenclos ou la comtesse de Saint-Géran. Mais la spécialiste du lit des rois et des reines nous permet de découvrir d’autres minois. Ainsi, celui de la princesse de Cantecroix, magnifique blonde aux yeux verts qui frappa au cœur le duc Charles IV de Lorraine. Ces séductrices n’étaient pas seulement jolies, elles pouvaient être de redoutables manipulatrices.

retour1.png

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1rosofon2lam |
Cheminements |
Terres du Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confidentiel
| Poésie d'Ecosse
| La Poésie, c'est l...