la bibliographie de Juliette Benzoni

Le Boiteux de Varsovie

Classé dans : 10. Le Boiteux de Varsovie — 18 décembre, 2008 @ 9:37

boiteux0.png

ligne.png

s01citationdedicace.png

« L’étoile Bleue »
A ceux que j’aime

hermes.jpg

 

Heureux seras-tu toi qui liras l’énigme,
Etoiles au-dessus, étoiles au-dessous;
Tout ce qui est au-dessus apparaîtra au-dessous
Heureux seras-tu toi qui liras l’énigme
Hermès Trismégiste

 

« La Rose d’York »
A la mémoire de Jean-François, mon fils disparu. Je lui dois la documentation de ce livre… et tant d’années heureuses…

« Le Rubis de Jeanne la folle »
micheldegrece.jpg

 

A Michel de Grèce

qui sait si bien élargir les horizons

 

 

ligne.png

s02synopsis.png

 (Pocket)

boiteux1.png
Lorsqu’en 1918 – après quatre années de guerre – le prince Morosini regagne son palais à Venise, il n’aspire qu’à retrouver l’exquise douceur de sa vie oisive. Ce vœu pieux ne sera pas exaucé… La femme qu’il aimait a disparu, la plupart de ses biens sont hypothéqués. Peu après, il découvre que sa mère a été assassinée et que l’ »Étoile bleue », un saphir qui faisait la fierté de sa famille depuis plusieurs siècles, a été dérobé… Dès lors, il n’a qu’un but : retrouver le joyau et démasquer le meurtrier. Le voilà à l’orée d’une aventure extraordinaire qui l’entraînera dans le ghetto de Varsovie, les eaux troubles du banditisme et dans le sillage d’une redoutable jeune femme…

boiteux2.png
Automne 1922… Quelques mois plus tôt, le prince Morosini – expert en joyaux anciens – a été contacté par le mystérieux Simon Aronov, surnommé le « Boiteux de Varsovie ». Celui-ci lui a confié une mission périlleuse : retrouver quatre pierres précieuses dérobées lors du pillage du Temple de Jérusalem… La tradition veut que, regroupées, elles permettent aux enfants d’Israël de retrouver leur terre. Après avoir découvert l’ »Étoile bleue », le prince embarque pour l’Angleterre où serait la « Rose d’York », un fabuleux diamant dont la trace s’est perdue depuis plusieurs siècles. Commence alors une course folle semée d’embûches. Des ruelles sordides de l’East End aux somptueux manoirs de l’aristocratie, ils sont nombreux à convoiter la pierre précieuse, et ses adversaires sont prêts à tout pour contrer les projets du Boiteux.

boiteux3.png
Automne 1923… Depuis quelques mois, Aldo Morosini n’a plus goût à rien. Mais lorsque Simon Aronov, le « Boiteux de Varsovie », lui demande de partir en Autriche, à Vienne, et de s’attacher au pas d’une jeune femme qui possède l’ »Opale de Sissi », il retrouve son enthousiasme. L’ »Opale » serait la troisième des quatre pierres dérobées lors du pillage du Temple de Jérusalem. Or, la tradition veut que ces pierres, regroupées, permettent aux enfants d’Israël de retrouver leur terre. Cette nouvelle aventure entraîne le prince antiquaire au cœur des plus belles régions d’Autriche où les fantômes de Mayerling errent encore et où se tapissent d’insaisissables personnages bien décidés à se mettre en travers de sa route afin que leurs noirs desseins triomphent. Or, il n’entre pas dans leur projet que l’ »Opale de Sissi » leur échappe.

boiteux4.png
Une légende qui se perd dans la nuit des temps dit que le peuple d’Israël ne retrouvera sa terre natale et ses droits souverains que lorsque les autres pierres sacrées dérobées lors du pillage du Temple de Jérusalem auront été rendues au pectoral du Grand Prêtre sur lequel elles étaient enchâssées. Pour cette mission, Simon Aronov – « le Boiteux de Varsovie » – a choisi Aldo Morosini, le célèbre prince antiquaire vénitien. Il a déjà retrouvé trois des précieux joyaux. Mais réussira-t-il à s’emparer du rubis cabochon de la reine espagnole Jeanne que l’on surnommait « la Folle », la plus belle mais aussi la plus malfaisante des pierres qu’amateurs d’art et redoutables gangsters convoitent aussi…

retour1.png

 

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1rosofon2lam |
Cheminements |
Terres du Monde |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Confidentiel
| Poésie d'Ecosse
| La Poésie, c'est l...