la bibliographie de Juliette Benzoni

Aldo Morosini

Classé dans : 11. Suite Aldo Morosini — 19 décembre, 2008 @ 22:02

aldo0.png

ligne.png

s01citationdedicace.png

« Les Emeraudes du Prophète » :
A ma fille Anne, ma première et si précieuse lectrice. Tendrement.

vincentmeylan.jpg

 

« La Perle de l’Empereur » :
A Vincent Meylan, qui m’a fait rencontrer la « Régente ». avec un grand merci et une grande affection.

 

« Les Joyaux de la Sorcière » :
A Yagel et Patrick de Bourges. Un affectueux clin d’oeil…

 » Les Larmes de Marie-Antoinette » :
A Evelyne et Patrick Rebeyrol, mes chers Versaillais…

 » Le Collier sacré de Montezuma » :
A Alied-Béatrice du Bois Van der Poele, ma chère amie belge qui a voué sa vie à la culture et à la distraction de ses compatriotes.

 » La Chimère d’Or des Borgia »:
Aux « Filles des Grands Chemins » Frédérique AZNAG, Linda Compagnoni Walther, Claudia Compagnioni Gibb et Hélène Rouillé qui me sont si chères.
Aldo Morosini dans 11. Suite Aldo Morosini fillesgdschemins

 

ligne.png

s02synopsis.png

 (Pocket)

aldo1.png
Si Aldo Morosini – prince vénitien et expert international en joaillerie – pense qu’il en a fini avec les aventures, il se trompe. Un soir, à Jérusalem où il poursuit sa lune de miel avec Lisa, sa jeune épouse, un adolescent lui apporte une lettre émanant d’un dignitaire de la synagogue qui lui demande quelques instants d’entretien discret. Au coeur de l’antique cité de David, il rencontre Abner Goldberg. Celui-ci lui apprend que le Grand Prêtre du Temple portait dans un sachet de soie deux émeraudes semblables, les  » sorts sacrés « . La légende dit que Jehovah en personne les aurait remises au prophète Elie, et qu’elles assurent le pouvoir de clairvoyance et de prophétie. Goldberg désire que Morosini se lance à la recherche de ces pierres disparues depuis le sac de Jérusalem. Morosini refuse : il veut se consacrer uniquement à sa jeune femme et à ses propres affaires. Goldberg le laisse partir mais, quand Aldo arrive à l’hôtel, Lisa a disparu. Une lettre l’informe du chantage : qu’il retrouve les émeraudes sans prévenir aucune autorité, la vie de Lisa est en jeu. Il ne reste plus à Morosini bouleversé qu’à accepter la mission. La quête qu’il entreprend l’oblige à remonter l’histoire des émeraudes, qui ont partout laissé des traces sanglantes. De Jérusalem à Istanbul en passant par Dijon, Prague, la Roumanie, l’Allemagne et le Tessin, Morosini va de découverte en surprise, au milieu des dangers et des pièges les plus imprévisibles.

aldo2.png
Certains des joyaux de la couronne de France sont auréolés de légendes bien ténébreuses… C’est le cas de cette énorme perle sertie de diamants appelée la
«Régente ». Depuis que Napoléon Ier l’offrit à sa seconde épouse Marie-Louise, le beau bijou n’a cessé de faire couler le sang, de causer damnations et malheurs à ses propriétaires. Lorsque, un soir de 1920, une mystérieuse tzigane confie la perle au Prince Morosini, un célèbre antiquaire de Venise, la vie du gentilhomme bascule dans le crime et le déshonneur. Pourtant, loin de prendre la fuite, le prince mène l’enquête, sa fascination pour la « Régente » grandissant un peu plus chaque jour et amenant son cortège de sombres figures : comtesses déchues, maharadjahs sanguinaires et surtout ce « Napoléon VI » qui signe d’une énigmatique carte de visite tous les désordres occasionnés par le bijou maudit…

aldo3.png
En découvrant la toile réalisée par le grand Giovanni Boldini, le prince-antiquaire Aldo Morosini n’en croit pas ses yeux : la baronne d’Ostel, ancienne prima donna dotée d’une coquette fortune, s’est fait représenter avec des joyaux aussi exquis qu’inestimables. Alors pourquoi son neveu et héritier naturel, Evrard Dostel, fait-il appel aux services de Morosini ? Sa tante lui a pourtant légué son portrait… et ses bijoux.
Mais les ornements du tableau ne figurent pas parmi les pièces remises par le notaire. Où sont-ils passés ? Ont-ils seulement jamais existé ?
Désireux de porter secours à la ravissante épouse de Dostel, le Prince Morosini se lance à la poursuite des insaisissables joyaux et embarque à bord d’un prestigieux paquebot. Destination : l’Amérique…

aldo4.png
Dans les jardins du château de Versailles, le vernissage de l’exposition « Magie d’une reine », consacrée à Marie-Antoinette, rassemble aristocrates et collectionneurs. Parmi les invités, Aldo Morosini, prince vénitien et antiquaire, attire tous les regards. Mais la somptueuse réception est bouleversée par un crime étrange : un homme s’effondre, un loup de carnaval en velours noir planté dans le dos à l’aide d’un poignard… La disparition de l’un des bijoux exposés, une larme de diamant, explique-t-elle ce meurtre ? Pourquoi l’assassin signe-t-il ses forfaits « le Vengeur de la Reine » ? Pressentant que le destin tragique de Marie-Antoinette hante toujours les murs de Versailles, Morosini décide de mener l’enquête. Mais, alors que le mystère s’épaissit, les victimes continuent de tomber, comme sacrifiées au souvenir d’une reine qui déchaîna les passions…

(Plon)

aldo5.png

Tenochtitlan – Mexico 1521, l’Empire aztèque s’effondre. Le dernier empereur Cuauhtémoc mis à la torture révèle à Cortés, le conquistador, où se cache le fabuleux trésor. C’était le plus précieux trésor de Montezuma, le gage de toutes les félicités, apporté jadis aux empereurs aztèques par Quetzalcoatl, le Serpent à Plumes, le dieu inconnu venu d’au-delà de l’océan occidental. De sublimes émeraudes disparues dans la nuit des temps… Lorsqu’elles réapparaissent, à Paris et au XXe siècle, c’est à l’occasion du mariage de Gilles Vauxbrun, le grand antiquaire de la place Vendôme et proche ami d’Aldo Morosini qui doit être son témoin. La fiancée est une jeune Mexicaine de grande famille et d’une rare beauté. Or, le mariage tourne soudain au cauchemar, le fiancé disparaît ainsi que les fameuses émeraudes, contraignant Morosini et son  » presque frère  » l’égyptologue Vidal-Pellicorne à se lancer dans une aventure d’autant plus inquiétante qu’il est difficile de savoir d’où vient le danger. C’est alors qu’une course contre la montre s’engage pour sauver le grand antiquaire parisien.

montezumabis

 

aldo6.png
Une nuit d’hiver rentrant tard chez lui par les rues de Venise, Aldo Morosini porte secours à un vieil homme que l’on vient d’attaquer. Trop tard ! L’homme meurt après lui avoir remis sous le sceau du secret un anneau qu’il a réussi à sauver et après avoir soufflé péniblement quatre noms dont l’un est Atlantide. L’enquête criminelle ne mène à rien si ce n’est qu’il s’agit d’un Egyptien aisé, client de passage au Danieli et ayant dû être attaqué par des malandrins. Pourtant, quelques jours plus tard, un diplomate égyptien se prétendant le frère du mort se présente au palais Morosini. Il vient « remercier » mais surtout poser des questions qui, bien sûr, n’auront pas de réponse. Tout pourrait en rester là si quinze jours après une lettre n’arrivait du Caire. Une ex-épouse du roi Fouad désire proposer une affaire à traiter en toute discrétion. Morosini qui s’ennuie saute sur l’occasion qui devrait lui permettre de retrouver Adalbert Vidal-Pellicorne dont il sait seulement qu’il « fouille » quelque part sur le Nil. Or l’affaire en question se révèle des plus douteuses et Morosini la décline bien qu’on lui ait demandé de réfléchir encore. Ce qu’en homme bien élevé il accepte d’autant plus volontiers qu’il a retrouvé son ami empêtré dans une situation baroque. Une excellente raison pense Aldo de s’offrir quelques vacances en découvrant un pays qu’il ne connaît pas avec le meilleur guide qui soit. Mais les vacances vont virer au cauchemar…

atlantide

Le Mot de l’auteur : « Un détail pour mes lecteurs »
L’anneau d’Atlantide, ou bague atlante, existe encore, du moins je l’espère. Howard Carter, le découvreur du tombeau de Tout-Ank-Amon, l’a en effet trouvé aux environs d’Assouan dans la tombe d’un grand prêtre nommé Jua. J’en ai observé la forme mais je me suis permise d’en changer la matière, afin de mieux entamer le roman. Il appartenait dans les années 70 à une famille dont je ne me reconnais pas le droit de révéler le nom.             J.B.

chimreborgia dans 11. Suite Aldo Morosini

Tandis que le Titanic est en train de sombrer et que la panique règne à bord, une belle jeune fille assassine, pour voler ses bijoux avec une audace incroyable, une richissime passagère : la marquise d’Anguisola, née Belmont. Une femme de chambre, Helen Adler, l’a vue sortir avec son butin mais ne parvient pas à la retrouver… Pas davantage au retour à New York et, pensant que la meurtrière a pu rester parmi les victimes, elle finit par oublier.

Vingt ans plus tard, à Paris, on vend la collection de joyaux Renaissance de Van Tilden, un Américain fortuné qui vient de se suicider dans son château de Touraine. Aldo Morosini a emmené à cette vente un pittoresque client texan, fabuleusement riche, amoureux de Lucrezia Torelli, une cantatrice qui prétend descendre des Borgia et veut qu’on lui retrouve la Chimère d’or de César, qu’on a peu de chances devoir reparaître parce qu’elle appartenait à la marquise d’Anguisola et doit reposer quelque part au fond de l’Atlantique. Or, la vente est interrompue à la demande de John-Augustus Belmont : elle propose deux des joyaux de Mme d’Anguisola, sa tante. Et la Chimère aurait dû y être…
Le lendemain, Helen Adler, devenue la femme de chambre de Pauline Belmont et qui sur un journal a reconnu la meurtrière, est laissée pour morte. C’est le premier sang d’une aventure dramatique, mais d’autres viendront qui pourraient amener Morosini à sa perte…

A l’occasion de ses voeux à ses lecteurs, Juliette Benzoni avait donné l’exclusivité de ce livre, pour relire la page, cliquez ICI : voeux_10

collection_kledermann

Blessé d’une balle en pleine tête devant le château de la Croix-Haute, Aldo Morosini ne doit son salut qu’à l’habileté d’un jeune chirurgien tourangeau qui a su extraire la balle meurtrière.
Sur son lit d’hôpital, il reste hanté par la dernière image qu’il a perçue avant le terrible coup de feu : sa femme, Lisa, courant se jeter dans les bras d’un inconnu et s’enfuyant à ses côtés.
En convalescence chez Mme de Sommières, alors que son couple fait naufrage, il découvre les liens unissant la famille de Lisa et les soit-disants descendants des Borgia.
Aldo est alors mis à rude épreuve et les castastrophes se succèdent… Le mal, après avoir envahi le château de la Croix-Haute, semble à présent se concentrer dans une très belle demeure au bord du Lac de Tessin… à moins que ce ne soit dans une simple villa de Nogent-sur-Marne ?
Ceux qui se sont juré de l’éradiquer y parviendront-ils sans y laisser de plumes ?

talisman1

Le 2 mars 1476, Charles le Téméraire, le tout puissant duc de Bourgogne est contraint par les Suisses d’abandonner à Grandson, son camp et les richesses fabuleuses qu’il contient. Un trésor dont le joyau le plus important est peut-être son chapeau de parade couvert de perles dont le « fermail » du sommet se compose de pierres exceptionnelles sur un rang de perles : trois rubis dits « Les Trois Frères » et un gros diamant triangulaire bleuté « Le Grand Diamant de Bourgogne ».
Ce fermail qu’il ne reverra jamais, il le considère comme son talisman. Il mourra devant Nancy le 5 janvier 1477… Cinq siècles plus tard, les quatre pierres vont s’appliquer à pourrir la vie d’Aldo Morisini et de son « gang ». Il suffira pour cela d’une visite à son notaire et d’un drame dans l’église Saint-Augustin, à Paris…

talisman1

talisman2

De disparitions en découvertes, de mensonges en révélations, de la Franche-Comté à Paris en passant par la Suisse, le trésor de Charles le Téméraire ne cesse d’entraîner Aldo Morosini et son « gang » dans une folle aventure.
Après avoir réussi à localiser les rubis dits « Les Trois Frères », c’est à la poursuite d’un gros diamant bleuté, « Le Diamant de Bourgogne », que se lance notre héros. Mais Aldo Morosini doit avant tout retrouver Marie-Angéline qui s’est enfuie en lui subtilisant le rubis qu’il gardait précieusement…

talisman2

vol_sancy

Parce qu’elle l’a tiré d’un mauvais pas, sans même s’en rendre compte, Morosini, ravi, a promis à l’insupportable Ava Astor qu’il lui trouverait un diamant « dut-il le voler à la Tour de Londres » ! Il plaisantait naturellement, mais c’était sans compter qu’Ava est aussi sotte que méchante…

Peu de temps après, il voit débarquer Ava à Venise : elle vient lui réclamer le célèbre Sancy qui vient d’être volé chez Lord Astor. Comme, naturellement, il ne l’a pas, elle l’accuse de vouloir le garder pour lui et le dénonce… Plus incroyable encore, Lord Astor prétend avoir reçu cette même nuit Aldo, qu’il n’a jamais vu, et qu’il lui a volé le Sancy…
Incapable d’accepter pareille situation, et le scandale grandissant, Aldo flanqué d’Adalbert part pour Londres pour rétablir la vérité…
Ils vont y vivre l’aventure la plus dangereuse de leur vie…

retour1.png

29 commentaires »

1 2 3
  1. Carmencita dit :

    Je suis une inconditionnelle de Juliette Benzoni… J’adore son style, sa façon de nous faire aimer l’Histoire..écriture simple, précise, soigneuse…A combien de mes relations j’en ai parlé et sans fin!.. et j’ai particulièrement suivi avec « avidité » les aventures du Prince Aldo Morosini..J’ai acheté sa « dernière histoire « le vol du Sancy »…je ne sais si un autre roman (ou suite) posthume était prévu… mais je suis triste, tant pour le Prince que pour les fidèles lecteurs de Mme Benzoni! Vous allez me manquez Madame… Mais soyez heureuse car vous étiez aimée et appréciez, vous avez également défendu la langue française qui se perd de plus en plus dans les méandres de la banalité! Merci à vous!

  2. andrieu marie dit :

    lecture très agréable
    j’adore ses livres
    un grand merci pour ses oeuvres
    marie

  3. brunier dit :

    je suis une fidele lectrice de juliette benzoni et j adore les aventures d aldo Morosini .quel plaisir de se plonger dans un de ses romans !!!!on a du mal a le laisser .j espere qu il y aura d autres aventures .je suis en train de lire « le diamant de bourgogne  » excellent comme toujours .merci mme benzoni pour ces bons moments

  4. Guillaume dit :

    Bonjour fidèles lecteurs de la Reine du roman historique qu’est Juliette Benzoni. Je lis actuellement le tout dernier ouvrage intitulé Le talisman du téméraire! Une nouvelle merveille! Je le dévore littéralement comme tous les autres romans de mon auteure préférée. J’espère que nous aurons la chance et l’honneur de pouvoir lire encore longtemps ses livres. Une fois un livre commencé je ne le lâche plus!
    Merci Madame Benzoni pour ces merveilleux moments en compagnie de vos héros qui au fil des ans sont devenus comme des amis ou des membres de ma famille.

    Et merci aussi à la personne qui a réalisé ce blog très bien fait!

    Amicalement

    Guillaume

    • frédérique dit :

      Bonjour Guillaume
      Et bienvenue dans la famille des lecteurs fidèles et assidus et merci pour ces jolies compliments ;-)
      A bientôt pour la suite du Talisman et d’autres surprises…

  5. SALGUEIRO dit :

    J’ai découvert il n’y a pas si longtemps, les aventures d’Aldo Morosini (que j’ai lu dans le désordres) et je me suis vite passionnée par ses aventures et surtout le style de l’auteur.
    J’aimerais savoir si le dernier livre de la série : le talisman du téméraire doit sortir en version poche prochainement, j’ai commencé la collection sous cette forme. En attendant, je découvre les autres œuvres de Madame BENZONI. Il me tarde de lire la suite. Merci

  6. isabelle dit :

    ayant lu =la collection Klederman= avec autant de plaisir que toutes les aventures du prince Morosini, j’espère que Juliette ne nous laissera pas longtemps sans nous faire partager une nouvelle aventure tout aussi trépidante que les autres, vous ne pouvez pas nous laisser sans des nouvelles du Prince!!!! à très vite j’espère.
    une fidèle lectrice

    • Dame Tartine dit :

      Une nouvelle aventure de notre cher prince antiquaire est prévue pour cet automne ;) Il n’y aura pas à attendre longtemps ^^

  7. Sophie B dit :

    Bonjour,

    Je dévore littéralement La Collection Kledermann….un pur régal!!! J’attends avec une très grande impatience une suite….Merci Madame Benzoni de m’apporter cette lueur!!

    • frédérique dit :

      Ah tout est possible avec notr Juliette, si l’envie lui prend et surtout un sujet lui arrive.. il n’y a aucune raison qu’il n’y ait pas un jour une nouvelle aventure d’Aldo et de son « gang »….

  8. Mistral dit :

    Hello Bianca.
    THE AGE of Juliette Benzoni has nothing to do with the end of La Collection Kledermann! As a fact, our dear Juliette is already writing two new books at the moment! I have never in my life met a 91 year old who is so mise-à-jour like this ingenious woman. Kind Regards Mistral

    • Bianca dit :

      Hi Mistral !
      Thanks for your answer.
      Do you know if Le Lady is writing a new book about Aldo Morosini? Is « La Collection Kledermann » the end of the serie?
      I haven’t read all of her series yet but I’m planning to. I’m currently reading « Les Dames du Mediterranée Express » but I made a break when I received the last one about my dear Aldo.
      I was not bad-mouthing about her age, I think she is a really amazing personne.
      Kind Regards.
      Bianca

      • frédérique dit :

        Bonjour Biance
        J’allais traduire le message de ma conparse mais je vois qu’il n’y avait pas besoin!
        Juliette m’a expressement affirmé que rien ne disait que cette collection Kledermann était la dernière aventure de la collection Morosini ;-) Et que si Dieu lui en prête le temps et surtout si elle a une idée d’histoire – donc si un bijou au détour d’une lecture, lui titille l’imagination – rien n’interdit un autre Aldo… il n’est simplement par au programme pour l’instant, notre Reine travaille donc à une nouvelle série composé de 2 livres, dont il est evidemment prématuré de parler!!!
        Bonne journée

      • Mistral dit :

        Hi Bianca.
        I know your message was beautiful about our Juliette, it is just when I read something about her age that I am very sensitive! Reading your message tells me that you are a true fan and faithful reader of Juliette. Frédérique, the host of this beautiful Blog, has already answered your questions about ALDO MOROSINI. I did not want to interfere, knowing that my friend had talked with Juliette Benzoni about the latest book yesterday :-) ! As you probably know we also give the latest message about Juliette Benzoni on FACEBOOK, whose creators and moderators we also are.
        Until some other time, maybe on the « Catherine site »
        Kind Regards
        Mistral

  9. Bianca dit :

    Je viens de terminer la collection Kledermann et quelque chose me dit qu’il s’agit du dernier volet des aventures de notre bel Aldo.
    La fin semble clore l’histoire définitivement.
    Je me doute qu’il fallait un jour en arriver là et que le grand age de la Dame en est peut-être la raison mais j’avoue que si c’est vraiment le dernier, ça me rend triste.
    Après toutes ces aventures, nous nous étions attachés à tous ces personnages qui sont devenus un peu comme des amis.
    Bravo à notre Juliette nationale pour son talent et aux rêves qu’elle a pu susciter chez nous, ses lecteurs fidèles.

  10. DUFLOT dit :

    Et bien, toujours aussi pressée de lire , le dernier en 1 journée, et z….. MOROSINI Mort ???? il nous faut attendre une année avant de savoir ce qui est arrvié réellement au Prince ???? allons nous le revoir ?? beaucoup de questions dans nos têtes!!! mais nous préférons espérer et laisser la plume légère à JULIETTE à qui nous disons bravo !!!

1 2 3

Flux RSS des commentaires de cet article.

Répondre à frédérique Annuler la réponse.

 

1rosofon2lam |
Cheminements |
Terres du Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confidentiel
| Poésie d'Ecosse
| La Poésie, c'est l...