la bibliographie de Juliette Benzoni

Vos messages

(vers les pages :   1     2     3   )

bureauEt tous ses lecteurs le sont un peu aussi.
Dans la semaine qui a suivi son départ vous avez été si nombreux à réagir
Plusieurs centaines de messages sur nos différentes pages officielles sur Facebook.

oddelovagotika.gif

« La meilleure définition de Juliette que l’on puisse donner aujourd’hui est très simple : Juliette, c’était un immense talent. Etant l’un des très rares journalistes qui l’a suivi pendant si longtemps, il me semble que je peux dire aujourd’hui ceci. Les articles que d’autres auraient pu ,et sans doute du, écrire sur son oeuvre, n’auraient jamais eu la force et la tendresse de tout ce que je lis depuis quatre jours sur vos pages Facebook et vos sites. C’est vous et ses millions de lecteurs qui ont rendu depuis un demi siècle, les plus beaux hommages à Juliette. Vous l’avez lu et aimé. Rien d’autres ne compte. Je vous embrasse et vous dit à bientôt. Pour parler encore de Juliette. »
Vincent Meylan.

Remerciements
Impossible de réécrire ici tous vos messages, en voici quelques-uns :

Patricia : Cette grande dame m’a réconcilié avec l’histoire… Quel plaisir de lire ses romans.

Leila : Je suis profondément peinée par cette triste nouvelles, ses livres ont contribué à faire aimer l’histoire et je garde un souvenir inoubliable de ces romans qui nous ont permis de nous évader. Merci chère madame nous ne vous oublierons jamais Reposez en paix.

Fréné Gonde : Depuis l’âge de 13 ans, vos livres m’ont accompagné. Ma bibliothèque est remplie de vos romans. Vous resterez dans mon coeur à tout jamais. Merci pour tout ce que vous m’avez apporté. Toutes mes condoléances à Anne et à vos anges gardiens Frédérique et Linda qui continueront à faire vivre vos oeuvres.

Christiane : Je suis très triste. Vous m’accompagnez depuis mes 15 ans et j’en ai bientôt 55. Je vous ai découvert dans un Nous Deux ou Intimité, je ne sais plus lequel, avec une de vos nouvelles qui paraissaient toutes les semaines « Du feu sur la glace ». Je n’ai malheureusement jamais retrouver ce récit dans un ouvrage complet. Nombre de vos romans tiennent une grande place dans ma bibliothèque. Vous allez me manquer ainsi que vos héros. A chaque fois que j’ouvrirai un de vos ouvrages, une pensée s’envolera vers vous. De tout coeur avec votre fille Anne ainsi qu’avec vos proches.

Catherine : Je suis très triste depuis 1973, je vous suivais au cours de vos aventures, vos livres m’ont passionnés, reposez en paix, très chère Juliette, c’est avec tristesse que je vais relire tous vos livres qui ne me quitteront à mon tour que lors de mon grand départ… Je présente mes condoléances à sa fille Anne et sa famille. Merci à vous Madame, pour toutes ces années de bonheur…

Patricia : Toutes mes condoléances à sa famille. Comment vais-je survivre sans son écriture, ses héroïnes et ses héros ? Cette nouvelle m’a chamboulée après toutes ses années passées avec elle… J’espère que les médias lui rendront l’hommage qu’elle mérite et à la hauteur de l’immense respect et amour de ses fans.

Agnès : Je suis vraiment attristée… nous perdons une grande romancière doublée d’une historienne… Je vais vous regretter grande dame… Combien aussi je vais regretter vos livres passionnants… Reposez en paix et toutes mes sincères condoléances à sa famille.

Gwenaëlle : Un dernier voyage pour une grande dame. Toutes mes condoléances à sa famille et ses amis. Elle restera toujours à nos côtés dans chaque aventure que ses fidèles lecteurs continueront de lire. Merci encore Madame Benzoni.

Dorothée : Aldo réclame une fine à l’eau et allume nerveusement sa cigarette, le regard absent. Le tocsin qui résonne à l’église Saint Germain l’Auxerrois transperce les murs du jardin d’hiver pour sonner dans sa tête et traverser son âme. Soudain conscient de ses derniers devoirs, il se tourne vers Vous: « Encore quelques bulles, et je vous emmène pour votre dernier voyage, pas vrai ? ». Le sourire amorcé fait s’étirer sa bouche d’un côté. Il vous tend la coupe de champagne avec un clin d’oeil complice.
J’ai mal à chaque respiration. C’est une douleur insupportable, puisqu’elle ne peut être partagée. Qu’est-ce qui est le plus difficile? De ne jamais Vous avoir rencontrée, de ne jamais avoir pu Vous dire mon affection et l’emprunte indélébile que vous avez laissée sur ma vie, depuis mes 11 ans en 1984, en ce jour d’août où j’ai eu entre mes mains le 1er Catherine, de n’avoir pu Vous dire que Vous m’avez permis d’acérer ma plume, d’affiner mes mots et mon style jusqu’à écrire à mon tour et que tout ça, c’est grâce à Vous… Le pire je pense, Madame, c’est de ne pouvoir Vous dire « Au revoir », ne pas pouvoir participer à ce dernier hommage, celui d’un dernier voyage, dans les bras d’Aldo.

Gaëlle : Une grande dame est partie….nous laissant bien seuls et à la fois tellement entourés de tous les héros et héroïnes qu »elle a su si magnifiquement faire vivre… Merci pour tout Juliette… Vous nous manquerez…

Aleksandra : Mes condoléances à la famille… Une grande dame ! Elle laisse des oeuvres incroyables et des lecteurs qui sont aujourd’hui aussi un peu orphelins.. Mais son talent, lui, est immortel. Le premier de ses livres que j’ai lu était « les Reines tragiques », j avais 14 ans. Merci !

Céline : Je suis triste d’apprendre la nouvelle. Ma grand mère m’avait fait découvrir les romans de cette grande dame. Et depuis je lis et relis ses romans. Au revoir Mme Benzoni. Merci pour tout, votre savoir, votre humour et tous ces personnages que vous nous laissez. Toutes mes condoléances à sa fille et sa famille. Bon courage à tous.

Marie-Noelle : Mes condoléances à ses proches. Vous resterez Mme benzoni comme un immense auteur qui aura eu le mérite de mettre l’histoire de France à la portée de tous !

Alexjojo : Bon voyage Juliette. Vous nous quittez mais vos livres sont inoubliables et nous apporterons toujours beaucoup de bonheur et des heures de lecture formidables. Mes condoléances à tous vos proches.

Christelle : Un grand auteur qui disparaît… Une grande dame… J’attendais chaque nouveau roman avec impatience… Je suis triste… Et la Littérature française est en deuil. Merci à vous pour toutes ces merveilleuses histoires que vous nous avez fait partager ! Vous nous avez fait rêver, voyager, sourire, frémir et pleurer… Toutes mes condoléances à la famille.

Anne-Sophie : Une vie remplie d’aventures passionnantes qu’elle a choisi de nous faire partager. Un talent, une étoile, une lumière. Les mots me manquent. Elle part rejoindre tous les grands de l’Histoire qui ont fait parti de ses lignes, et que nous avons pris plaisir à lire. Ils l’accueilleront à bras ouvert avec applaudissements en prime, de cela on ne peut douter. Bon courage à la famille pour le vide immense qu’elle leur laissera à eux comme à nous, ses lecteurs.

Vos messages couv-fb-deuil_fb

Stéphanie : L’écriture perdure à travers le temps, Juliette Benzoni sera toujours présente tant que des lecteurs liront ses oeuvres. C’est avec beaucoup d’émotion que j’apprends son décès, elle par qui tout a commencé, ma passion pour le Moyen-Age et mon désir de me lancer moi-aussi dans l’écriture d’un roman historique. J’ai appris tant de choses sur la petite et la grande Histoire grâce à vos romans. Merci à vous. Je pense à vos proches, famille et amis ainsi qu’à toute la famille « Benzoni-Sarraut ». Vous allez rejoindre ceux qui sont partis les premiers…

Sara : Toutes mes condoléances à sa famille, ses proches et tous ses lecteurs. Je ne la connaissais certes qu’à travers ses livres mais je me sentais plus proche d’elle à chaque lecture. Elle nous laisse le souvenir d’une femme d’exception et de grande qualité. Je l’admire pour sa finesse d’esprit, son talent d’écriture incontestable. Qu’elle repose en paix. Elle me manquera.

Sylvie : Je ne vous connaissais qu’à travers vos ouvrages mai j’ai l’impression de perdre un proche que j’aimais beaucoup. Vous allez me (nous) manquer. Merci pour tout ce que vous m’avez apporté ! Toutes mes condoléances à votre famille.

Mone : Le ciel a gagné un ange… Et nous… Nous avons perdu un être admirable. J’ai une immense tristesse ce jour… Je présente mes sincères condoléances à toute la famille et ses amis proches.

Josiane : Profondément attristée par cette nouvelle, combien de nuits d’insomnie passées à lire ses romans tellement captivants. Toutes mes condoléances à la famille et que son âme repose en paix.

Loris : Je suis de tout coeur avec sa famille. Elle a accompagné une grande partie de ma vie. Ses livres étaient les seuls que j’achetais dès leur parution malgré le prix car je n’avais pas la patience d’attendre la sortie en livre poche. J’ai lu le dernier Morosini la semaine dernière et je n’arrive pas à imaginer que ses aventures sont terminées. Je suis très triste.

Isabelle : Orpheline que je suis de cette auteure qui m’a donné l’envie d’écrire, toujours un moment de bonheur de lire ses chefs-d’œuvre, toute ma compassion pour vous tous et vous chère Juliette que les anges vous accueillent comme vous le méritez, une pensée pour sa famille.

Natasha : Oh non ! Mes plus sincères condoléances pour sa famille… J’ai découvert vos livres vers mes 13-14 ans et ils m’ont permis de rêver et de m’échapper… Vous vivrez à jamais à travers eux et dans nos cœurs.. Merci pour tout !

Marilyn : Je suis bouleversée ! Madame, vous faisiez partie de ma famille…Vous m’avez fait voyager et depuis plus de 30 ans, vous m’avez accompagnée dans les bons et les mauvais moments. MERCI. Toutes mes condoléances à sa fille et à ses proches…

Catherine : Profondément attristée, depuis plus d’un an j’ai décidé de relire tous ces livres, je suis donc avec Juliette Benzoni, quotidiennement. J’ai vraiment beaucoup de peine. Toutes mes chaleureuses pensées à sa fille Anne ainsi qu’à tous ces proches. Grand merci à vous Madame.

Mtk Mtk : Je suis attristée de cette nouvelle, mon dieu. Madame Juliette reposez en paix. Que de merveilleux livres que vous nous avez fait découvrir et notre héros préféré, je suppose. « Aldo » le beau Aldo et sa merveilleuse Lisa. Condoléances à sa fa mille et soyez assurer que nous ne pouvons oublier cette merveilleuse romancière.

Maria : Madame Juliette restera toujours un de mes auteurs préférés. Aldo Morosini est orphelin.Merci, oui, un grand merci à cette dame pour être un jour rentré dans ma vie et pour m’avoir fait passer des heures et des heures, des jours et des jours de lecture passionnante et intéressante. Sincères condoléances à sa famille, à ses amis et à tous ses lecteurs qui l’ont tendrement aimée. Je la porterai dans mon coeur toute ma vie.

Fanny : Elle a bercé toute ma vie si bien que j’ai fini par m’exiler en Auvergne pas très loin de Montsalvy avec mon Arnaud à moi… Condoléances à ses proches.

Régine : C’était vraiment la reine du roman historique. J’ai lu, dévoré la plupart de ses romans qui m’ont fait découvrir des pans entiers de l’histoire de France qu’on n’enseigne pas à l’école. Toute mes condoléances à sa famille.

Odile : Je suis effondrée d’apprendre cette triste nouvelle, Madame Benzoni était très chère à mon coeur, je ne vivais que dans l’attente de ses nouveaux ouvrages, que la vie va être sans saveur maintenant. Madame, reposez en paix. Toutes mes condoléances à sa famille, je partage son chagrin.

Christiane : Oh non, je suis triste car c’était ma romancière préférée. Nous perdons une très grande dame. Reposez-en paix et merci de m’avoir fait rêver avec vos livres mais également de m’avoir appris tant de choses sur l’histoire de France.

Christine : Pour sa fille, je voudrais lui dire qu’elle doit être très fière de sa maman, qui au travers de ses romans, nous ont inculqués le goût de l’histoire, car tous ses livres étaient très documentés.

Cilou : Je ne suis pas très douée avec les mots mais si j’avais eu à lire un de vos romans au collège en cours de Français, je me serais intéressée beaucoup plus tôt à l’Histoire. Reposez en paix.

Isabelle : Tant de temps à passer à lire ses livres ! Que du bonheur des heures durant. Bravo Juliette ou bravo la duchesse de Sommière. Car pour moi c’était elle!

Solange : Quelle émotion! C’est avec « le vol du Sancy » dans les mains que j’ai appris la triste nouvelle. Non, vous n’aviez pas cet âge. Non vous êtes et resterez éternelle avec toutes ces merveilles que vous nous laissez. J’ai tous vos livres, j’ai tout lu avec la même passion que vous les avez écrits. Chaque aventure du bel Aldo était pour moi comme un film et grâce à vous je suis devenue experte en pierres précieuses. A quand un film avec Sagamore Thevenin
Josette Cloose. Marianne, Catherine, Aldo, Plan Crepin, etc… sont aujourd’hui orphelins et tous les lecteurs de Juliette Benzoni ressentent eux aussi ce vide incommensurable. Paix à votre âme Madame, reposez en paix.

Hommage_Juliette_biblio2

Anne-Marie : Mme recevez toutes mes condoléances les plus attristées en cette douloureuse circonstances… Une maman c’est une grande perte… Nous garderons de Mme Benzoni le souvenir d’une grande romancière qui a su nous faire rêver et voyager au travers de ses romans… Et aussi le souvenir de son immense gentillesse et de sa simplicité à répondre à quelques messages que je lui adressait…c’était toujours un plaisir de lire ses messages. Bon courage à vous Mme dans ses douloureux moments…

Claire : Quand j’ai eu 16 ans, ma maman m’a fait découvrir ses livres de Madame Benzoni et pour commencer , la série des « Catherine ».  A 20 ans j’ai mis au monde mon 1er enfant, un petit garçon et pour moi c’était une évidence… Il s »appelle Arnaud ! Pensées émues de Plouarzel dans le Finistère en ce jour des obsèques de votre maman.

Christine : Dire que je ne pourrais plus attendre le prochain livre de Juliette. Heureusement je vais pouvoir lire le dernier paru. J’ai passé des heures à savourer ses romans et pris bien du plaisir. Juliette vous allez nous manquer. J’adresse toutes mes condoléances à sa famille.

Stéphanie : Une immense perte pour la Littérature et l’Histoire… Je suis et resterai l’une de ses plus grandes fans ! Ses aventures d’Aldo Morosini me transportent toujours avec un immense plaisir et je relis avec joie l’ensemble de son oeuvre. Une très grande dame nous a quitté au sommet de sa carrière. Nous ne l’oublierons pas. C’est Juliette Benzoni qui m’a fait découvrir l’univers des livres puisque les tous premiers livres que j’ai acheté sont les 4 tomes du Boiteux de Varsovie. Ses romans historiques, riches de descriptions, de suspense, de rebondissements, de voyages…sont à l’origine de ma passion pour la littérature et de ma volonté de travailler dans le monde des livres. Les oeuvres de Juliette Benzoni m’accompagnent sur tous les chemins de ma vie. Un immense merci pour m’avoir fait tant rêver et voyager. Mes plus sincères condoléance à sa famille. Une Grande Romancière nous quitte mais l’oeuvre de toute sa vie lui rend le plus bel hommage.

Annouchkaa : J’ai beaucoup de chagrin, j’aimais énormément ses livres, son écriture, il n’y aura plus de suite pour notre cher Aldo Morosini, il est mort avec elle, je me sens orpheline de sa lecture, tchao grande dame, j’ai beaucoup appris a travers vos livres, je vous regrette déjà.

Chantal : J’ai fais la connaissance de Catherine en 1973, cela a été une révélation pour moi , elle m’a convaincu de lire, que la lecture était un passe temps merveilleux , son écriture , son style , je vivais avec les héroïnes, je m’endormais avec leurs aventures, merci Juliette.

Dominique : J’ai attrapé « le virus » si j’ose dire avec Marianne et c’était il y 40 ans. Je les ai lus et relus et à chaque lecture j’ai découvert des petites choses nouvelles auxquelles je n’avais pas pris garde aux lectures précédentes. A chaque fois c’était comme une première lecture et un enchantement renouvelé de se replonger dans ces merveilleuses aventures. Ma chère Juliette va me manquer. Il ne nous reste que ses merveilleux ouvrages.

Sandrine : Un ange est partie, rejoindre d’autres anges. Maintenant tu es une étoile, là haut dans le ciel. Quand nous, tes fidèles lecteurs lèverons nos yeux au ciel, tu seras la plus scintillante des étoiles, pour apaiser nos cœurs meurtris par ton départ…

Sylvia : C’est très égoïste mais avec la disparition de Madame Benzoni, j’ai l’impression de perdre une famille. Le clan Morosini m’a apporté tant de réconfort et de joie. Je me sens presque orpheline et j’ai le coeur lourd à l’idée de ne plus partager leurs aventures, plus jamais. Qui vais-je pouvoir attendre maintenant? Qui allégera mon coeur dorénavant? Vos belles histoires me manquent déjà chère Juliette. Et adieu chère famille. Merci pour ces beaux moments.

Jérémy : Elle laissera un grand vide ! J’ai appris tellement de choses sur l’histoire de France grâce à elle même si c’était romancé ! Un énorme merci pour tous ces merveilleux moments !

Laure : J’en parlais encore tout à l’heure avec ma maman qui m’a fait découvrir MADAME Juliette Benzoni avec Fiora il y a plus de 20 ans… Comment peut-on qualifier ses ouvrages de « romans d’amour historiques »! Quelle culture! Quelle prescience historique quand déjà dans les Treize Vents il était question de l’échange de louis XVII au temple… ! Quel travail de véracité historique ! Je me revois avec mes élèves racontant la tentative d’évasion de Marie-Antoinette alors que nous étions à la conciergerie, ou le mariage du chevalier de Gondi pour expliciter les clivages de la société d’ordres, les histoires de Napoléon… Tout ça grâce à notre Juliette ! Je suis très triste du manque d’hommage ou tout simplement d’allusions concernant son décès

Isabelle : Il me restera de vous, chère Juliette, une rencontre, celle d’une adolescente lors d’une fête du livre il y a de nombreuses années déjà. Des mots gentils et simples, un beau sourire, qui restent le symbole d’un moment unique. Vos livres sont une sorte de madeleines de Proust, que je lis et relis avec plaisir, que j’ai fais découvrir à ma jeune filleule. Vous allez me manquer, Juliette.

Juliette : C’était une grande dame et un grand auteur, elle m’a donné goût aux romans historiques. C’est dans ces instants qu’on regrette que les gens bien ne soient pas éternels. Ses fans sont en deuil, Aldo, Sylvie, Marie, Lorenza, Charlotte, Anne-Laure, Aurore et les autres sont orphelins. J’ai un gros regret : ne jamais avoir pu la rencontrer ou lui écrire pour lui dire à quel point je l’admire. C’est avec une certaine émotion que je lirai son ultime roman

Bernadette : Je n’ai pas de mots pour dire ce que je ressens. Cela fait tellement d’années que je lis ses livres… Elle faisait partie de ma famille littéraire… Elle va laisser un énorme vide… Toutes mes condoléances à sa famille et je pense à Frédérique qui a beaucoup partagé avec elle. Adieu Madame Juliette Benzoni et merci…

Isabelle : Je n’ai pas de mots pour exprimer ma peine, elle nous a tellement donné du plaisir à lire ces livres dont le dernier que je suis en train de lire… Je ne peux pas m’imaginer ne plus avoir de nouveau livre écrit par Juliette. Mes condoléances à sa famille et à ses aides qui travaillaient avec elle.

bannière_helene

Vincent Meylan@vincent_meylan
Jamais plus je n’écrirais un article sur un livre de Juliette Benzoni. Elle nous a quitté. Je hais les choses que je ne ferais pus jamais.

Stéphane Bern Compte certifié ‏@bernstephane
Tristesse et émotion d’apprendre la disparition de Juliette Benzoni, la papesse du roman historique @EditionsPlon

Grégory Berthier ‏@GregBerthier
Plus qu’une auteur, elle était ma grand-mère de coeur. Juliette Benzoni nous a quittés dans sa 95e année.

Marion Sarraut sur Facebook
Paix à ta belle âme joyeuse et enthousiaste ma douce et passionnante Juliette. Qu’Il te garde bien au chaud là où tu vas. Je t’embrasse tendrement.

Laurent Le Doyen (Le Gerfaut) sur Facebook
Je garderais le souvenir d’une grande Dame pleine de douceur, de courtoisie et d’humour qui m’a donné, par son talent, l’immense bonheur d’incarner un des plus beau personnage de ma carrière. Merci chère Juliette, de nous avoir tant fait rêver.

Claudine Ancelot (Catherine) en message privé
Chère Linda, je suis triste. Juliette a eu une belle vie ne serait-ce que parce qu’elle a donné beaucoup de bonheur à des millions de lecteurs qu’elle a fait rêver… et qu’elle a été aimée en retour par des belles personnes comme toi et Frédérique. je suis de tout mon cœur avec vous deux. transmets mes pensées émues et tristes à sa famille. Je vous embrasse très très fort toutes les deux. Claudine

Pierre Deny (Jean de Dunois dans Catherine) sur Facebook
La disparition de Juliette Benzoni m’attriste particulièrement parce que,avec elle disparaît une époque formidable pour les acteurs qui ont eu comme moi la chance de donner vie à ses personnages.Une époque où la télévision pouvait envoyer une centaine d’acteurs, en extérieur,dans des châteaux,à cheval et tout ça dans un grand respect de l’écriture et avec une grande qualité à tous les niveaux.
Nous garderons de ces moments de délicieuses histoires et du sourire de Madame Benzoni un souvenir ému…

Pierre-Marie Escourrou (Arnaud de Montsalvy dans Catherine) sur Facebook
Ma chère Juliette, Arnaud de Montsalvy est triste aujourd’hui, sa Juliette est partie rejoindre les anges.Que d’heureux moments de ma vie je te dois Juliette, ta bonne humeur, ta gentillesse, ta générosité. je me rappelle gravé dans ma mémoire ces jours de l’an chez toi à st mandé entouré des tiens et nous tous, Marion,Philippe Pascale, Claudine, Catherine, Gérard, les si beaux personnages,fruits de ton imagination et de ton talent que tu nous a offert. toutes mes pensées t’accompagnent la haut au paradis des poètes et je suis sur qu’une haie d’honneur t’attend, formée de nos camarades qui sont partis avant toi. Je t’embrasse de tout mon cœur

Gérard Chambre (Jason Beaufort dans Marianne – Xaintrailles dans Catherine – John Paul Jones dans le Gerfaut)
Je viens d’apprendre la terrible nouvelle,la disparition de notre chère et merveilleuse Juliette. Elle est partie en emportant avec elle sa fougue, sa générosité, sa gentillesse et son immense talent… Mais elle nous laisse ses mots, ses pensés, ses rires et toutes les aventures qu’elle a imaginé pour nous, pour notre plaisir, notre bonheur et l’immense joie de nous y avoir convié. En ce jour je suis profondément touché et triste, triste que Juliette nous ai quitté, triste qu’elle ait fermé son dernier livre et rangé sa plume pour toujours. Je embrasse celle qui a eu la gentillesse de me confier un jour, une minuscule part de son éternité… Au revoir Juliette.

Et toujours ces beaux messages dans le livre de Condoléances à lire et relire :
Vos condoléances

Bannière Plon

 

oddelovagotika.gif

retour1.png

2 commentaires »

  1. Mireille clave dit :

    bonjour Madame, je ne connaissais pas du tout Mme Benzoni, et je viens de lire « Fiora et le magnifique » que j’ai beaucoup aimé. en voulant me renseigner sur l’auteur je viens d’apprendre qu’elle est décédée. je le regrette vivement et un peu tard je vous apporte mes sincère condoléances.
    mais ce livre m’ayant beau plu j’aurais aimé savoir s’il y avait une suite.désolé de venir vous demander sa sur votre page de condoléance mais je n’ai rien trouvé d’autre.
    Mme Clavé

    • Frédérique dit :

      bonjour
      Oui et c’et même 3 suites qui existent de la série qui s’appelle dons « La Florentine », allez sur le site officiel de l’auteur http://www.juliette-benzoni-officiel.com pour avoir tous les renseignements sur Juliette, les titres suivants sont : 2. »Fiora et le Téméraire » (celui-ci + celui que vous avez lu ont été récemment regroupé par Pocket sous le titre « Fiora et la vengeance ») 3. « Fiora et le Pape » et enfin 4. »Fiora et le Roi de France » (les tomes 3 et 4 réunis sous le titre « Fiora et l’amour » chez Pocket). Voilà ! Bonne lecture

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

1rosofon2lam |
Cheminements |
Terres du Monde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Confidentiel
| Poésie d'Ecosse
| La Poésie, c'est l...